jeudi 23 mai 2013

Tristesse

Oui, la disparition de Moustaki me rend triste, c'était le grand poète libre. Le faiseur de textes, le faiseur de rencontres, le faiseur de musique. Banalités que de dire qu'il restera à jamais dans nos mémoires. Une gueule de métèque qui disparait c'est un monument musical qui s'éteint.

Aucun commentaire: